Second Life of Materials Road

Andrey Zouari

Prow my Lantern, 2016

L’artiste

Artiste plasticien né à Stockholm en 1985, Andrey Zouari quitte les forêts suédoises à l’âge de trois ans et emporte avec lui créatures fabuleuses et héros. De retour en France, Andrey Zouari interroge le support photographique à travers d’autres médiums. Il est question d’aller au delà de l’intime, vers une complicité universelle, sacrée. Andrey s’y transporte en entrant dans le champ chromatique du bleu, zone introspective hautement vibratoire. Cette couleur électrise son travail et marque un tournant. Dès lors il initie le « Blue Gondola project » et multiplie les collaborations : vidéos, performances, installations et sculptures. Invité de l’exposition Les Routes Bleues à la Fondation Boghossian, et au Musée National Adrien Dubouché à la Cité de la Céramique, il présente « Prow my Lantern », une métaphore encore plus explicite du mouvement transcendant: la barque bascule à la verticale, désignant l’infini du ciel comme le but à atteindre. À travers Blue Gondola, Andrey guette l’épiphanie extrasensorielle, mnémonique, le choc lumineux qui scinde le monde en deux et questionne, ainsi, notre relation au monde invisible.

L’œuvre

« Réalisée lors d’ une résidence à Taroudant, l’oeuvre est née de la découverte d’une barque abandonnée sur les côtes de Tarasout, au Nord d’Agadir. Laissée là, sur la plage, comme un vestige d’une vie oubliée, l’artiste l’a religieusement soignée, réparée, embellie. Elle est alors devenu une embarcation comme capturée dans un moment d’ascension, le temple fébrile d’un culte oublié, le berceau de ses rêveries: prow my lantern ». Dressant sa proue vers le ciel, elle surgit du sol comme si elle était en train de le traverser, bravant les lois de la matière et de l’apesanteur. Dans de nombreux mythes, la barque est le vecteur privilégié des voyages conduisant d’un monde à l’autre. Les défunts empruntaient ce moyen de transport pour accéder à leur lieu de villégiature éternelle. Ainsi la barque apparaissait-elle comme l’instrument d’une renaissance, conduisant le défunt à une autre forme d’existence, spirituelle le plus souvent. S’inscrivant dans la droite lignée de mythologies plurimillénaires, Prow My lantern est une métaphore encore plus explicite du mouvement transcendant: la barque bascule à la verticale, désignant l’infini du ciel comme le but à atteindre.

http://www.andreyzouari.com